Tag Archives: loi chatel

RESISTER et ENSEIGNER de façon éthique et responsable

15 Mar

LE NOUVEAU LIVRE de Alain REFALO

Préface de Philippe MEIRIEU

Les contre-réformes appliquées à l’école publique depuis 2008 déconstruisent méthodiquement ses fondements, ses valeurs et ses missions. Face à cet immense défi, un mouvement de résistance d’une ampleur inégalée dans l’Education Nationale s’est développé chez les enseignants du primaire qui n’ont pas voulu devenir les complices de cette politique destructrice du service public d’éducation.

 

Cette résistance, ciblée sur le terrain pédagogique, est exposée ici avec rigueur et clarté par l’auteur de la lettre En conscience, je refuse d’obéir du 6 novembre 2008. Une résistance collective qui refuse l’idée d’une école élitiste. Une résistance éthique et responsable qui porte l’exigence d’une école du progrès pour tous au service d’une société plus juste, plus solidaire et plus humaine.

Pour les infos et les commandes cliquez sur ce lien

 

Etat des lieux de l’Education Nationale 2011 !

14 Mar


Frédérique MASSAT Députée de l’Ariège interroge le ministre de l’Education Nationale sur la suppression des postes

11 Mar
La députée de la 1ere circonscription de l’Ariège a interrogé M. Chatel lors des questions au gouvernement, le 1er mars dernier à l’Assemblée nationale.

M. le président. La parole est à Mme Frédérique Massat, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

Mme Frédérique Massat. Monsieur le ministre de l’éducation nationale, la colère monte dans le pays. Parents, enseignants, élus, citoyens : tous dénoncent votre politique, où seule prévaut la logique comptable, au détriment de la réussite scolaire. L’école publique laïque est la fierté de notre république. Elle a pour mission de donner à chaque enfant quelle que soit son origine sociale, quel que soit son lieu de vie, l’accès au savoir dans les meilleures conditions. Las, la casse de l’école publique se poursuit, et tous les moyens sont bons, qu’il s’agisse d’augmenter le nombre d’élèves par classe, de remettre en cause la scolarisation des moins de trois ans ou de supprimer des classes en zone rurale.

Puisque vous prônez la réhabilitation du calcul mental, je vous soumets cette équation simple. En Midi-Pyrénées, 180 postes sont supprimés alors qu’il y a 3 830 élèves de plus ; dans l’Ariège, on compte 37 postes en moins, dont 19 dans le primaire, sur un total de 175 écoles.

Ces mesures auront pour conséquence immédiate la disparition d’écoles dans nos villages. Monsieur le ministre, comment peut-on se satisfaire de classes surchargées et de l’allongement des trajets scolaires pour les enfants ? Comment peut-on se satisfaire de détenir le triste record du taux d’encadrement par élève le plus faible des 34 pays de l’OCDE ?

Comment peut-on se satisfaire d’un tel abandon du service public de l’éducation nationale ? À la suppression de 16 000 postes en 2011, s’ajoutent les 50 000 suppressions de ces trois dernières années, la disparition de la formation des enseignants et le non-remplacement des enseignants absents. Alors que les inégalités scolaires ne cessent de s’aggraver, comment pouvez-vous faire le choix de considérer le service public de l’éducation comme une variable d’ajustement budgétaire et oublier ainsi que c’est de l’avenir de milliers de jeunes qu’il est question ?

Réponse sur l’article de la Gazette Ariégeoise

Pour le voir cliquez ici

Les écoles rurales dans le viseur de Luc Chatel

25 Fév

«Est-ce que vous imaginez ce que c’est qu’un village qui n’a plus d’école?» s’étrangle Yves Ménager, membre de l’association des maires ruraux. «Une commune sans école, c’est une commune morte. Elle perd son âme.» Maire dans le Loir-et-Cher, il s’est battu sec pour empêcher la fermeture d’une école dans un village voisin.

Partie gagnée, mais pour combien de temps encore? Un document de travail du ministère de l’Education (à lire ici en PDF), qui a fuité la semaine dernière dans la presse, fait craindre le pire. Il est en effet demandé aux recteurs d’académie de supprimer un maximum de classes, et même des écoles, à faible effectifs, pour gagner des postes. La logique du ministère: «Une augmentation de un élève par classe en moyenne devrait se traduire, au niveau national, par une économie de près de 10.000 classes.»

Pour lire l’article, suivez le lien :

http://www.liberation.fr/societe/0101640254-les-ecoles-rurales-dans-le-viseur-de-luc-chatel

Libération – Par MARIE PIQUEMAL